Temps libre

Rechercher

Fermer l'onglet Fermer l'onglet

Soumettre un site

Accueil > Le Haut-Doubs > Environnement > Topographie

Un cadre topographique différencié

Vue depuis la forêt ® P. Levieux

Le cadre naturel offre, sur un espace relativement restreint, une morphologie complexe. Elle est le résultat d'interactions permanentes entre fractures (à l'origine des directions préférentielles du relief), déformations (qui en résultent) et érosion. En simplifiant, on peut distinguer trois ensembles.

Le secteur le moins élevé est à l'Ouest. Il comprend, autour de 700 mètres, le plateau mollement ondulé de Levier et la Chaux d'Arlier (d'une planité remarquable). Légèrement supérieure à 800 mètres, cette région déprimée, humide, drainée par le Drugeon (dont le cours est bordé de marais et de tourbières) s'étire de Frasne à Pontarlier.

Partout ailleurs, la montagne domine, les chaînons calcaires plissés occupent la majeure partie de la superficie. Ils enveloppent les plateaux précédents d'un faisceau de plis parallèles, orientés NE-SO. A partir de Pontarlier, ces derniers s'élèvent progressivement en direction de la frontière franco-suisse, jusqu'au Risoux, puissante barrière naturelle, large de huit à dix kilomètres et qui culmine à 1461 mètres au Mont-d'Or. Ces plis sont recoupés par un accident méridien (dû à un jeu de failles) qui court de Vallorbe à Pontarlier, ouvrant une des rares voies de passage transversal vers la Suisse.

Vue depuis le Mont d'Or ® CG25

Ces lourdes rides anticlinales boisées dominent de leur masse sombre les dépressions verdoyantes, généralement défrichées et qui concentrent l'habitat (sous forme de villages groupés ou étirés le long des principaux axes de circulation).

Du Nord au Sud se succèdent ainsi le val d'Usier et le bassin fermé d'Arc-sous-Cicon, la vallée du Doubs (d'Arçon à Montbenoît), le val de Malbuisson, occupé par deux petits lacs d'origine glaciaire. Le plus important, le lac Saint-Point, constitue un beau plan d'eau de 398 hectares, long de 7,2 km, large de 950 mètres et d'une profondeur maximale de 45 mètres. La vallée de Mouthe, connue par ses records de froid, est la plus méridionale.

Au total, les traits essentiels du paysage sont constitués de monts aux versants couverts de forêts et de vallées largement défrichées, cloisonnant le secteur en petites unités naturelles. Hauteurs, plateaux et vallées se juxtaposent et se succèdent avec bonheur sans jamais écraser l'homme.

Version imprimable Haut de la page Accueil